Edito


Quelle bien triste année, toutes nos rencontres annulées et malheureusement pour terminer 2020 la bourse aux armes de Lausanne qui n’aura pas lieu ! Dans cette ambiance morose due à la situation épidémiologique, nous avons eu cet été une nouvelle qui nous a mis du baume au cœur. Une aspirante sous-officier de l’armée suisse, Mademoiselle Antigona Kalimashi, est devenue la première personne à recevoir « le ruban du chef de l’armée ».

              Cette nouvelle distinction pour un engagement extraordinaire a été décernée à la soldate de sauvetage de l’école de sauvetage 75 pour son acte courageux en sauvant une femme qui était tombée devant un train. La scène qui s’est déroulée en juin 2019, est racontée par le journal fribourgeois La Liberté. Ce jour- là, sur le quai No.2 de la gare de Fribourg une jeune femme perd l’équilibre et tombe devant un Intercity qui entre en gare. Le train passé, Antigona Kalimashi fonce sur le ballast pour secourir la malheureuse. » Elle a été percutée par la locomotive puis est passée sous le convoi. « J’ai été surprise de voir qu’elle était encore consciente » raconte dans le quotidien la Vaudoise de 23 ans d’origine kosovare. La jeune militaire venait alors de terminer sa première semaine d’école de recrues de sauvetage à Wangen an der Aare (SO).  D’instinct, elle s’est saisie de la ceinture de sa tenue de sortie pour poser un garrot à la femme accidentée. L’hémorragie était stoppée. Et bien qu’elle ait perdu beaucoup de sang, la victime a pu survivre jusqu’à l’arrivée des secours. «  J’ai fait en sorte qu’elle ne prenne pas conscience de ses graves blessures et ne panique pas. J’ai été sous le coup de l’adrénaline encore une heure environ, puis j’ai pleuré comme une madeleine » se souvient encore Antigona Kalimashi.

           La jeune militaire n’étant manifestement pas du genre à se vanter, son geste salvateur aurait pu passer inaperçu. Mais elle a dû le lendemain remplir un formulaire pour expliquer pourquoi elle n’avait plus son ceinturon de sortie dans son équipement !

Elle a donc raconté l’accident et elle a suscité l’admiration de la hiérarchie militaire, jusqu’au sommet.

          Le Commandant de Corps Daniel Baumgartner, en tant que chef des commandants de l’Instruction de l’armée, a officiellement décoré la vaudoise de Préverenges le 19 novembre 2019. Mais ce n’est qu’en juin de cette année que cette nouvelle a paru dans la presse romande. Elle est le premier militaire - femmes et hommes confondus - à obtenir le “ruban du chef de l’armée”  pour un engagement extraordinaire. Il s’agit d’un rectangle rouge et blanc orné de la statue d’Helvetia.          

          Aujourd’hui Antigona Kalimashi est aspirante sous-officier et va bientôt devenir sergente. « Faire l’armée était une passerelle vers l’école de police, mais aussi un rêve de gosse » note-t-elle encore. Elle dit avoir cependant un regret : ne jamais avoir pu rencontrer l’accidentée qu’elle avait secouru, protection de la personnalité oblige. Les hôpitaux ne semblent pas avoir répondu à ses sollicitations, mais elle a reçu des nouvelles rassurantes de la part de la police fribourgeoise quant à l’état de santé de la jeune femme accidentée.

  Belle histoire en vérité qui nous permet aussi de découvrir ce nouveau « ruban du chef de l’armée » !                                                            

          Avec cette crise sanitaire, plusieurs pays ont décidé d’honorer le corps médical d’ordres et de médailles. La Fédération de Russie et son Président Vladimir Poutine ont institué l’Ordre de PIRAGOV et la médaille LOUCA CRMSCII le 19 juin 2020 (Décret No.404). Plusieurs milliers de médecins, de travailleurs médicaux et d’employés scientifiques russes à travers le pays ont reçu l’Ordre de Piragov et la médaille Loucà Crimscii « pour leur mérite, leur dévouement et leur grand professionnalisme dans la lutte contre le Corona. Il s’agit de la distribution de récompenses la plus volumineuse dans l’histoire de la Russie moderne.

 
         
L’Ordre de Piragov : Cette décoration est décernée pour avoir fourni des services médicaux dans des cas où le soignant se trouvait en danger de mort, pendant le déclanchement d’hostilités ou d’autres urgences. L’Ordre est également attribué pour des mérites spéciaux dans les sciences médicales, le développement et l’essai de nouveaux médicaments, des nouvelles méthodes de traitement.

           Le bijou en argent est une croix grecque  émaillée rouge avec des bords dorés étroits et de petites pyramides d’argent entre les bras. A l’avers, au centre de la croix, il y a un médaillon rond en argent entouré de zircons, à l’effigie de Nikalaj Piragov, tourné à moitié vers la droite, avec l’inscription de son nom. Le revers porte une inscription dorée en cyrillique qui veut dire « miséricorde, sentiment du devoir, dévouement » suivi du numéro de l’attribution.

           Cet ordre est en hommage au médecin et scientifique N. Piragov (1810 – 1881), fondateur de la chirurgie sur Les champs de bataille et de l’école russe d’anésthésie.

          La médaille Louca Crimscii : Cette médaille est décernée aux médecins en exercice, aux infirmières et au personnel médical, aux autres employés d’organisations techniques, de recherche, pharmaceutiques, éducative et autres disciplines médicales, pour leur mérite dans la protection de la santé des citoyens, pour leur grande contribution à l’organisation des soins médicaux et le renforcement de la santé publique, pour fournir à la population des médicaments de haute qualité, pour le développement et la fabrication de médicaments innovants, pour la formation d’organisations médicales, pour des activités scientifiques et autres visant à développer le système de soins de santé, pour le dévouement en traitant des patients pour sauver leur vie et maintenir leur santé dans des circonstances difficiles.

                 A noter que cette médaille peut également être décernée à des étrangers pour leur contribution significative au développement des soins de santé dans la Fédération russe ou à la fourniture d’assistance médicale aux citoyens russes à l’étranger.

         

          La médaille est ronde, en argent, d’un diamètre de 32mm. A l’avers l’effigie de Louca Crimscii avec sur le bord à droite son nom. Au revers, au centre, l’inscription en cyrillique « Pour dévouement, sentiment du devoir, et fermeté d’esprit ».

 

          Cette médaille est un hommage à l’archevêque Louca Crimscii, né Valentin Feliksovitch Voino-Yasenethky à Kertch en Russie (1877 – 1961). Il est également connu sous le nom de « Saint Luc le chirurgien », fondateur de la chirurgie purulente. En 1946 il a été lauréat du Prix Staline de médecine. D’autre part en tant que figure religieuse, il a été soumis à l’oppression  politique et a passé onze année en exil interieur. Il est devenu évêque de l’église orthodoxe russe et à partir de mai 1946 archevêque de Simferopol et de la Crimée. C’est sous son surnom de « Luc de la Crimée » qu’il est généralement connu.

        
         
Mes remerciements vont à Mme Jeannine Jacobs-De Coninck dont j‘ai repris une grande partie de son article paru dans le bulletin de Medec en septembre 2020.

 
*   *

*

           Comme mentionné dans notre dernier bulletin, nous avions lancé un concours pour dessiner la médaille du 40ème anniversaire de la SSP qui aura lieu en septembre 2021. Nous avons reçu 6 propositions de trois auteurs différents. Le comité s’est réuni en novembre pour choisir le lauréat du concours et deux des six propositions sont ressorties du lot, mais finalement le choix a été facile puisque quatre membres sur cinq du jury ont placé la même médaille en tête. Nous félicitons le vainqueur, notre membre Claudio Ortelli de Pregassona (Tessin), pour ses esquisses. Nous devons encore régler certains aspects techniques de la médaille qui vous sera présentée dans notre prochain bulletin en février prochain avec le bulletin de commande.

           Bien que l’année se termine un peu en queue de poisson en ce qui concerne nos activités et que je n’aurai pas le plaisir de voir beaucoup d’entre vous comme d’habitude aux apéros de la bourse de Lausanne, j’espère surtout que cette pandémie ne vous touchera pas. On espère que ce semi-confinement sera terminé pour les fêtes de Noël afin que vous puissiez passer de joyeuses fêtes de fin d’année. Tels sont les souhaits de votre comité. Que 2021 se présente sous des augures plus favorables afin que nous puissions nous voir lors de notre sortie de fin janvier (selon la situation…) ou au plus tard lors de notre assemblée générale en mars prochain. n

                                                           

 

      Avec mes meilleurs vœux

Eric Schaerer