Edito No 120 d’Éric Schaerer

Triste janvier, nous qui venons de perdre un ami de la phaléristique suisse. Claude Graber est décédé le 13 janvier dernier. Même s’il était fatigué depuis quelques temps déjà, nous lui avions encore rendu visite à la mi-décembre, et rien ne laissait présager une fin si rapide. Vous trouverez sa nécrologie ci-après. Nous tenons ici à exprimer à Yvette son épouse, ainsi qu’à ses enfants et leurs familles, nos sincères condoléances.

            Notre assemblée générale, un moment fort de notre vie associative, se déroulera le 18 mars à la maison de la Diète de Sion en Valais. Nous continuons ainsi à effectuer une rotation entre différents cantons romands afin de donner une chance à tous nos membres d’assister à notre AG. Nous comptons donc sur votre présence.

            Dans le cadre de nos articles sur le centenaire de la première guerre mondiale, nous arrivons à l’année 1917, année charnière s’il en est, car nous pouvons considérer qu’en raison des événements qu’elle contient, elle est le tournant de la guerre.

            Bataille de Cambrai, qui fut le théâtre de la première attaque anglaise d’envergure utilisant des chars.

            En avril l’offensive Nivelle du chemin des Dames aboutit à un échec sanglant. Les français perdent 271’000 hommes en dix jours de combat. Mutineries dans l’armée française, en fait un certain refus de type de guerre, une guerre inutilement sanglante, un assaut dont on sait à l’avance qu’il ne mènera à aucun gain supplémentaire. Le Général Pétain a compris cette situation, médite et réagit en jouant la conciliation entre une nécessaire fermeté et une certaine compréhension. Il améliore les conditions d’hygiène de la troupe et la régularité des permissions et surtout gracie par un décret en juin une grande majorité des condamnés a mort.

            L’année 1917 est aussi celle de la grande crise politique russe. La guerre a épuisé la Russie. Les troubles éclatent, l’armée se joint aux manifestants et c’est la révolution avec comme corollaire la disparition du régime des Tsars. Avec l’arrivée de Lénine, des pourparlers de paix ont lieu avec l’Allemagne amenant l’armistice en décembre.

            De juillet à novembre troisième bataille de Passchendale. Première utilisation par les allemands du gaz moutarde (gaz ypérite du nom de la ville d’Ypres). Le bilan est lourd : 8500 français, 4000 canadiens, 250000 britanniques et 260000 allemands périrent durant ces confrontations.  

            Mais l’événement principal est l’entrée en guerre des Etats-Unis. Depuis 1915 l’opinion publique américaine avait commencé à changer suite au torpillage par un U-Boat allemand du paquebot Lusitania qui avait provoqué la mort de 128 citoyens américains parmi plus de 1000 victimes. Suite à l’aide constante qu’apporte l’Amérique à l’Entente, le haut commandement allemand réagit en février 1917 en décrétant une guerre sous-marine totale contre les bateaux dans l’Atlantique, y compris contre des pavillons neutres. Le Président Wilson avec le vote du Congrès annonce l’entrée en guerre le 2 avril. La mise en place de 35 torpilleurs américains permet de combattre la guerre sous-marine et instaure une sécurité pour les transports sur l’Atlantique, même si la force américaine sur le front européen ne sera opérationnelle qu’au printemps 1918.