Edito bulletin 132

 

          Malheureusement la pandémie et ses nouvelles variantes continuent de nous empêcher de nous rencontrer (depuis quasiment une année maintenant), ce qui signifie que pour l’instant notre assemblée générale ne peut être fixée quant à la date et l’endroit, une première dans l’histoire des quarante ans de la Société Suisse de Phaléristique. Oui, vous avez bien lu, nous atteignons notre quarantième année d’existence ! C’est pourquoi nous voulons fêter cet anniversaire par l’émission d’une médaille (voir couverture) que vous pourrez acquérir d’ici le mois de septembre prochain, mois de la création de la SSP. Pour ce faire, vous trouverez encarté dans ce numéro un bulletin de commande que nous vous prions de nous renvoyer le plus rapidement possible, afin que nous puissions passer l’ordre d’achat auprès du fabriquant.

 

          Le contenu de ce bulletin est très varié et vous y trouverez également un nouvel annonceur par le biais de la maison de ventes aux enchères Sincona de Zürich. J’en profite pour également remercier la Maison Künker qui continue de nous apporter son soutien, et ce, depuis plusieurs années. Grâce à elle, les coûts financiers de la production de notre bulletin sont partiellement couverts, ce qui nous aide grandement à continuer de publier nos trois bulletins annuels.

 

          Pour les longues soirées d’hiver, permettez-moi de vous recommander un peu de lecture avec un livre (en français) sur l’histoire de la Croix de Fer allemande, créée en 1813 par Frédéric Guillaume III, roi de Prusse. Cet ouvrage écrit par M. Phillipe Blaise, un français passionné de phaléristique, résume les deux siècles d’histoire de cette décoration, inspirée de la croix des chevaliers teutoniques. « Symbole fort de l’unité allemande dont elle est le ferment, la Croix de Fer est aussi un signe de reconnaissance sur les étendards, les drapeaux, les pavillons, ainsi qu’une marque d’identification sur les véhicules et les aéronefs. Métonymique, elle incarne d’abord le royaume de Prusse, puis l’Allemagne unifiée. Au-delà du signe d’appartenance à une nation, elle exprime le dévouement pour la patrie jusqu’au sacrifice suprême. Revers de la médaille, elle ne peut échapper à la satire ». Un livre à ne pas manquer pour tous les collectionneurs (…et autres) de cette décoration légendaire.

          Dans un autre registre, un nouveau site est apparu l’année dernière qui saura éveiller votre curiosité. www.le-revers-de-la-médaille.fr vous présente divers sujets surtout liés aux ordres, décorations et médailles françaises. Soyez curieux et aller y jeter un coup d’œil.