Editorial novembre 2021-11-23

 
          Enfin l
! e 4 septembre dernier, une vingtaine de membres et accompagnants se sont retrouvés pour notre assemblée générale retardée et notre sortie annuelle au Fort de Chillon, un fort camouflé dans les entrailles de la falaise faisant face à l’entrée du château de Chillon. Ouvert au public à la fin de l’année dernière, ce fut une belle découverte.

 
          L’AG se déroula dans une salle de conférence aménagée à l’intérieur du fort…. et chauffée ! Je passe sur les détails de l’assemblée car vous avez tous reçu entretemps les comptes rendus de cette dernière. Mais j’aimerais quand même mentionner la distribution aux membres présents qui l’avait commandée de notre médaille du quarantième anniversaire. Nous avions le plaisir d’avoir parmi nous Marco Ortelli le gagnant de notre concours pour la création de la médaille à qui nous avons remis gracieusement la première. Thierry Anet l’a également reçue gracieusement en tant que membre actif depuis la création de la SSP. Encore un grand bravo à ces deux Messieurs. Les commentaires sur la réalisation et la qualité de la médaille furent très positifs.

 
          La visite qui suivit fut intéressante à plus d’un titre, car sortant nettement du cadre habituel des visites d’ouvrages militaires sous terre. Construit en 1941 et 1942 comme fort d’artillerie et d’infanterie, actif jusqu’en 1994, déclassé en mars 2001, il est racheté par des particuliers en 2010. Il appartient désormais à une société anonyme qui décida d’en faire un musée, l’idée étant de mettre en avant l’aventure du soldat, de faire connaitre l’histoire suisse de l’époque et la stratégie nationale à travers l’histoire de cette forteresse par le biais de nouvelles technologies. Interactif, scénographies visuelles – cuisine, infirmerie, foyer du soldat (avec chants), dortoirs, mess des officiers, on s’y croirait ! Une réalité virtuelle. Le maître à penser de ce lieu fut François Confino a qui l’on doit notamment le Chaplin’s world de Vevey. Des espaces didactiques occupent certains endroits du fort dans lesquels nous trouvons une mini salle de cinéma avec un film expliquant la situation politique en Europe au début de la deuxième guerre mondiale et bien sûr celle de la Suisse. La mise en œuvre du « réduit national » fut la stratégie du Général Guisan. Ce fort, le plus à l’ouest du dispositif, en faisait partie. Bien sûr que les armes sont aussi visibles. Vous voulez quelques chiffres ? D’une surface intérieure de 2125m2, l’effectif du fort pouvait compter 9 officiers, 21 sous-officiers et 220 soldats. L’armement consistait en 240 fusils, 6 fusils à lunettes, 13 mitrailleuses, 2 lance-mines, 6 tubes roquettes et 4 canons antichars. Un long couloir sombre s’illumine à notre passage et la musique de la marche du Général Guisan s’enclenche et accompagne nos pas jusqu’à l’unique terrasse extérieure du fort surplombant le château de Chillon en nous offrant une vue unique.

 

Notre déjeuner s’est déroulé à Villeneuve dans le restaurant Ivy au bord de l’eau, suivi de notre bourse traditionnelle.  Une journée anniversaire réussie. n

 
Nouveaux livres :

Le 4ème tome des « Médailles et insignes portables de la guerre Franco-allemande de 1870-1871 » écrit par notre membre Philippe Vraine est maintenant disponible. Vous pouvez le contacter par téléphone au +33.3.2321 6436).

Dès ce mois, le nouveau livre d’Henry Veyradier, également membre de la SSP, « Les croix de chapitre cathédraux de France et dans sa sphère d’influence » est disponible pour Euros 32.- + Euros 8.- pour frais de port. Environ 170 pages, dont 125 fiches (une par croix, avers et revers). Pour plus de renseignements, veuillez lui téléphoner au +33.4.9035 0092).